Les dessous de l’évènement #CulturesNum

#CulturesNum, né en 2016, est un événement conçu et organisé par Aurélie Laborde et l’Université Bordeaux Montaigne, en collaboration avec Laurent Pierre Gilliard d’Unitec et Delphine Dupré au mois de Janvier. Il met en relation les étudiants des masters Communication publique et Communication des organisations de l’ISIC avec différents encadrants. Sur deux jours, les enjeux du numérique y sont débattus sur scène par les M1, face à un public composé de professionnels de la communication, d’enseignants-chercheurs et d’étudiants, qui décerneront le Prix CulturesNum de l’ouvrage qui les a le plus intéressés. 

Suivi d'une équipe dans les coulisses de #CulturesNum 2020

Julie Olivier, Cyril Benoit, Roxane Gonzalez et Clara Cadaugade. ©Margot Fleick

En parallèle de mon master en stratégie et politique de communication j’ai pu suivre pendant trois mois un groupe d’étudiants dans la préparation de cet événement : de la découverte du livre au passage sur scène. Entre les difficultés auxquelles ils vont faire face et le stress provoqué par l’oral devant un amphithéâtre rempli, immergez-vous avec moi dans l’aventure #CulturesNum !

Octobre 2019

Tout commence lors du choix du livre, « il faut vraiment le choisir avec soin car il nous accompagnera jusqu’en janvier ». Parmi tous ceux proposés, le groupe de Cyril Benoit, Clara Cadaugade, Julie Olivier et Roxanne Gonzalez, étudiants des masters stratégie et politique et consulting et expertise en Communication, choisit sans hésitation La Fabrique du crétin digital de Michel Desmurget sorti en 2019. Il faut savoir que ce livre a fait parler, il aborde de manière critique la consommation du numérique chez les nouvelles générations, qui a de fortes conséquences sur la santé, le comportement et les capacités intellectuelles des jeunes, et c’est en cela qu’ils l’ont trouvé intéressant. « Nous avons hâte de le lire, car il aborde un thème important de la société actuelle, mais il va falloir faire attention à ne pas faire de hors-sujet en s’éloignant de ce que l’auteur voulait transmettre », explique Roxanne. Arrive ensuite la lecture de l’ouvrage. Selon eux, il faudra aussi « faire des fiches de lecture, pour mieux réussir à structurer la synthèse lors de la mise en commun ».

Novembre 2019

Première réunion avec leur encadrante, Aurélie Laborde. Avant de s’y rendre ils ont dû choisir les points qu’ils allaient aborder à l’oral et préparer un plan général. Je les rejoins à l’Université à la fin de la réunion, Julie confie « nous avons bien avancé, nous avons le plan de l’oral et de la synthèse, c’est un poids en moins et la synthèse sera plus facile à écrire ».

Décembre 2019 

L’ordre de passage et le programme de cette 5ème édition sont établis. Le groupe passera le vendredi 24 Janvier. Cela les stresse un peu car ils ne pourront pas s’entraîner à l’oral avec leur encadrante (contrairement à d’autres groupes) par manque de temps, mais ils relativisent « nous pourrons observer les oraux des autres groupes et cela ne pourra être que bénéfique » !

14 janvier 2020 

Une mauvaise nouvelle tombe : ils doivent refaire entièrement leur synthèse et revoir leur diaporama, car ils ne correspondent pas au style attendu par l’encadrante. #CulturesNum est un événement important pour l’Université, il arrive que les encadrants soient assez pointilleux sur le travail à rendre. Aurélie Laborde a qualifié leur style rédactionnel de style “pas adapté pour l’oral”. Ils me confient être « très stressés et pris par le temps », à la fois parce que c’est un événement important pour l’ISIC mais aussi car ils ont d’autres cours à côté. « Il faut être bien organisés, nous allons y arriver », se rassure Cyril.

23 janvier 2020

La veille, les autres groupes passent, « c’est très intéressant de voir les oraux de nos camarades mais cela nous rajoute du stress jusqu’à demain. C’est sûr, passer le dernier jour laisse plus de temps pour se préparer mais il nous tarde », pense Clara. Assez confiants, ils ont hâte de passer et continuent de s’entraîner dans la salle pour « prendre des marques avant demain ».

J’assiste à leur entraînement et je trouve qu’ils sont prêts à nous présenter ce livre, j’ai également hâte de voir ces 3 mois de travail se concrétiser.

Oral #CulturesNum 2020

Le groupe lors de l’oral. ©Pôle diffusion

24 janvier 2020

Il est l’heure, le groupe s’apprête à passer, ils sont stressés mais « c’est du bon stress ». Réunis dans l’amphithéâtre de la Maison Des Étudiants, les enseignants invités et les étudiants des masters communication des organisations assistent à l’oral.

Leur présentation est vivante et agréable, sentiments ressentis par mes camarades également. Même si ce livre prête à débat, le groupe a su s’approprier la thèse défendue par l’auteur, tout en nous délivrant un oral intéressant et facile à suivre. Très à l’aise verbalement (comme ils me l’avaient précédemment montré lors des répétitions), la prestation se déroule sans accroc. Applaudissements.

Je rejoins le groupe après leur passage, ils se sentent détendus et soulagés d’être enfin passés. Mais le débat qui a suivi leur présentation ne les a pas laissés de marbre : « avec un livre comme ça c’est normal de voir les avis diverger, mais on a eu l’impression que les reproches (par exemple le fait que l’auteur soit anti-numérique et que nous aussi du coup) ont pu être injustifiés par moment », s’exprime Julie. Cyril rajoute « il faut faire la distinction entre les propos de l’auteur et ce que nous avons retranscrit à l’oral ».

#CulturesNum est un débat ouvert entre étudiants et professionnels, un moment d’échanges d’opinions appréciable qui rend l’événement encore plus intéressant. Le groupe a adoré le concept et les thèmes de cette édition : Défis et enjeux de société, Algorithmes et gestion des données, Dangers et stratégie. « L’oral s’est bien passé et le public avait l’air intéressé par notre présentation, ce qui nous a plu, c’était le jeu de questions-réponses avec les professionnels et étudiants invités » me confiait Roxanne. Finalement ce qu’ils ont trouvé le plus difficile dans cet exercice était de faire la synthèse « on avait beaucoup de données chiffrées, c’était compliqué de synthétiser », mais selon eux « le livre étant facile à lire et rempli d’exemples, c’était très enrichissant ».

Enfin, le groupe a quelques conseils pour les futurs M1 qui participeront à l’édition 2021. Première chose, s’impliquer dans le travail dès le début, pour eux, « prendre des notes de lecture c’est primordial » car cela permettra d’être bien organisés par la suite. Il faut aussi avoir un bon esprit d’équipe et effectuer une relecture en groupe pour ne pas passer à côté de quelque chose. Et enfin pour Clara, « il n’y a pas de secret, il faut surtout bien s’entraîner » !

Pour en apprendre plus sur l’évènement #CulturesNum

Pour se renseigner sur l’ouvrage qui a remporté le prix #CulturesNum de l’édition de cette année 

Margot Fleick, étudiante en Master 1 Stratégie et politique de communication