Guide du télétravail : réussir son année sous Covid

Depuis mars 2020, le Coronavirus a imposé la quasi-généralisation du télétravail, autant dans le milieu professionnel qu’universitaire. Comment les étudiants font-ils face à cette année si particulière marquée par une crise sanitaire sans précédent ? Comment gérer son temps de travail et suivre assidûment les cours par visioconférence ? Toutes les réponses dans ce guide pratique destiné aux isiciens, qui dévoile nos 10 règles d’or indispensables pour réussir son année à distance, éclairées par les étudiants de la promo 2020-2021, les conseils de Lise Lenain, psychologue du travail et des organisations à Bordeaux, mais aussi par Stephanie Dillière Brooks, coach en organisation.

  1. S’habiller

Si ce conseil peut paraître dérisoire, il n’en reste pas moins important, malgré la tentation de passer la journée en pyjama.
L’avis de Lise Lenain ? « S’occuper de soi, s’habiller et se laver est très important. Ça restaure l’image de soi, car la première personne avec qui l’on est en contact c’est soi-même. Avoir une image de soi alignée, comme si l’on était prêt à partir à la fac, c’est très important ».  Alors on règle son réveil à heure fixe et on met à profit le temps que l’on ne passe plus dans les transports pour prendre soin de soi et commencer sa journée sur les chapeaux de roues.

  1. Définir un lieu consacré au travail

C’est un des points clés de la réussite du télétravail, particulièrement lorsque l’on est étudiant. Si nous n’avons pas tous la chance d’être confinés dans une maison ou dans un appartement de plus de deux pièces, il est tout de même primordial de définir un lieu qui sera consacré au travail.
Pour la psychologue du travail, c’est l’un des points les plus importants pour travailler correctement : « Il faut matérialiser un endroit dédié aux études, et identifier un espace, même physique, dans le lieu d’habitation. Travailler dans la cuisine par exemple, ce n’est pas confortable psychologiquement. Cela occupe tout l’espace physique et cet espace c’est un peu le miroir de ce qui se passe dans l’espace psychique ». Dans la mesure du possible, on oublie le lit et le canapé et on s’organise un espace fonctionnel uniquement destiné au travail.

  1. Être bien équipé

Avoir une bonne connexion internet et un matériel informatique fonctionnel est également un point essentiel du télétravail qui vous permettra de travailler dans de bonnes conditions et surtout d’être productif et efficace. Quoi de pire que d’avoir un ordinateur lent ou une connexion instable pour suivre ses cours en ligne ? Si vous ne disposez pas d’ordinateur personnel ou si vous n’avez pas accès au réseau internet, vous pouvez directement formuler une demande sur le site de l’université .
Et si vous rencontrez un quelconque problème ponctuel, n’oubliez pas que l’espace numérique de l’université (salle K101 – 1er étage du bâtiment K) reste ouvert pendant le confinement (uniquement sur rendez-vous, du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30).

  1. Bien délimiter son temps de travail de son temps personnel

L’équilibre entre le temps de travail et le temps personnel est l’un des aspects essentiels à la réussite du télétravail, même s’il peut s’avérer difficile à trouver. « Il faut être vigilant à bien articuler les différentes sphères de vies, c’est-à-dire de ne pas se couper complètement des sphères de loisirs, ou des pratiques sportives, analyse Lise Lenain. Même si on est en situation de confinement, il faut venir nourrir une autre fibre que celle des études ».

Elle insiste également sur un point essentiel, s’ouvrir à de nouvelles choses : « Ne pas toujours vouloir être productif, essayer d’explorer les réseaux sociaux professionnels, et faire de nouvelles choses qui ne sont pas directement en lien avec l’apprentissage. […] Le point d’appui pour la motivation, c’est de se référer à son projet professionnel, regarder ses objectifs malgré la pandémie ».

Planifier précisément ses tâches journalières, en définissant des horaires précis de début et de fin du temps de travail : telles sont les règles pour ne pas tout mélanger. L’intérêt ? Les to-do list vous éviteront de vous retrouver devant votre écran, à 21 heures, à chercher un moyen de terminer l’exposé que vous devez présenter le lendemain.

  1. Établir un emploi du temps hebdomadaire

Grâce aux agendas numériques, il est possible de réaliser des emplois du temps personnalisés. Avant de commencer la semaine, établissez un emploi du temps pour chaque jour de la semaine, pourquoi pas avec des couleurs associées à chaque cours. Définissez vos priorités et travaillez par tranche de deux ou trois heures maximum pour favoriser votre productivité. Marine Denis, étudiante en master Consulting et Expertise en communication, explique comment elle concocte son emploi du temps grâce à un semainier papier et un emploi du temps numérique : « Le dimanche soir je consulte mes mails universitaires, mon emploi de temps étudiant et je cale mes devoirs à faire dans les trous. Je refais un point sur mes réunions prévues avec mes camarades et les rendus. La semaine, j’essaie de me tenir à cet emploi du temps. » Il est nécessaire de vous donner des objectifs réalisables, sinon vous serez découragés. Votre emploi du temps pourra être modifié au cours de la semaine en fonction de l’avancement des travaux, et vous permettra d’avoir une vision globale du travail à effectuer.
Vous trouverez ici un lien vers Framagenda, un site et une application mobile gratuite d’agenda numérique et collaboratif.

  1. Oser prendre des pauses

Si cette période de confinement est très chargée en travail et impose d’être en ligne une grande partie de la journée, il est d’autant plus important de s’accorder des pauses et savoir lâcher prise. Stéphanie Dillière Brooks, coach en organisation, conseille d’appliquer la méthode Pomodoro , qui aide à faire des sessions de 40 minutes de travail puis 5 minutes de pause. Pas la peine de culpabiliser, ces temps sont indispensables afin d’être efficaces. Pourquoi ne pas mettre en place une routine de pauses collectives sur Zoom avec ses camarades entre deux cours ? ou encore organiser des pauses déjeuner virtuelles collectives ?

  1. Mettre en place des rituels

Un rituel qui marque le début du temps de travail et un qui marque sa fin. Vous pouvez par exemple écouter de la musique avant de commencer votre journée, puis finir sur cette même note. Pour les plus littéraires, un chapitre le matin, puis un autre le soir. Vous pouvez également écouter des podcasts, de nombreuses émissions sont disponibles gratuitement et sont très inspirantes, drôles ou même surprenantes. La méditation peut aussi être un rituel excellent, elle vous permettra de vous relaxer dès le réveil, ainsi qu’en fin de journée. Là encore, beaucoup d’applications gratuites sont disponibles comme Mind, Petit Bambou ou encore Insight Timer. Nombreuses sont les petites actions du quotidien qui permettent d’allier télétravail et plaisir, à vous de choisir celles qui vous correspondent le mieux.

  1. Préserver son hygiène de vie

N’imaginez pas être efficace dans votre travail à la maison si votre hygiène de vie n’est pas irréprochable. Si rester chez soi bouleverse notre rythme de vie, il faut savoir revenir à l’essentiel : bien manger et bien dormir. Finis les soirées Netflix jusqu’à 2 heures du matin et les repas sautés, on privilégie des nuits d’au moins sept heures et des repas équilibrés à heures fixes si possible. On en profite d’ailleurs pour vous rappeler que pendant toute la durée du confinement, le Crous de Nouvelle-Aquitaine propose des menus à emporter au prix de 3,30 € (et 1 euro pour les étudiants boursiers).

  1. Oublier la sédentarité

On met de côté les réseaux sociaux et on essaie de rester actif. On profite de son heure quotidienne de déplacements brefs pour sortir dehors faire du sport, se balader, prendre l’air et respirer un peu. Emma Mallorca, étudiante en master de Stratégie et Politique de communication, mise son équilibre quotidien sur un footing hebdomadaire : « Le soir, selon les cours, je m’arrête de travailler à 16 ou 17 heures pour aller courir 5 à 7 kilomètres et me couper des écrans. Une journée entière passée sur son ordinateur à écouter les profs ou bosser en perso, ce n’est pas possible ». Mais être actif ne signifie pas forcément faire de l’exercice. Vous pouvez simplement ranger votre lieu de vie, y faire du tri. Un bon moyen de changer de vision, réorganiser l’agencement de ses meubles ! La nouveauté aide à la créativité, et avec le temps passé chaque jour dans votre logement, cette initiative peut être très bénéfique pour votre moral.

  1. Rester solidaire pour combattre la solitude

Si la cohésion de groupe au sein des promotions universitaires est rendue beaucoup plus difficile par le confinement, la solidarité entre étudiants n’en doit être que renforcée. « Cette période offre la possibilité d’entrer dans une phase d’introspection et d’explorer des éléments de notre projet professionnel et de nos projets de vie, mais il y a des moments où il faut arrêter de regarder vers soi. », explique Lise Lenain. Elle ajoute qu’il faut se tourner vers l’autre, se demander qui pourrait avoir besoin de nous. « Car le lien avec les autres, c’est la base de notre survie : à une époque, on ne pouvait pas se nourrir si l’on était seul. Prendre des nouvelles des autres, se mettre dans une posture d’entraide, c’est aussi sortir de notre solitude et de notre isolement ». Ainsi, les groupes entre promotions sur les réseaux sociaux sont un très bon moyen de rester en contact. Vous pouvez y partager les astuces qui vous permettent de rester motivé, prendre des nouvelles de vos camarades ou encore proposer votre aide à ceux qui en ont besoin. La convivialité ne doit pas être oubliée : il est possible de créer une solidarité de groupe malgré la distance. Favorisez les discussions en visioconférence. Si ça ne remplace pas le présentiel, cela permet de rester en contact direct et de moins ressentir le poids de la solitude.

Alors chers étudiants, nous ne pouvons que vous recommander d’appliquer ces dix conseils pour vivre le télétravail de la meilleure des façons, malgré le contexte. Vous pouvez commencer par adopter quelques habitudes puis en introduire de nouvelles dans votre routine. Ces conseils ne vous correspondront peut-être pas, alors adaptez-les en fonction de vos besoins et de votre personnalité.

Bon travail à tous et surtout bon courage pour cette année !

Camille Vidalie et Charlotte Pires, étudiantes en première année
Master Consulting et Expertise en communication.

 

Credit : Nell Badets

Depuis le 30 octobre 2020, l’ensemble des étudiants français est en cours à distance – Crédit – Nell Badets